Differences entre soie naturelle et soie sauvage

Nous connaissons tous la soie, ce tissu élégant, doux et fin, au contact suave et agréable. Associée au luxe, la soie garde une grande valeur. Plus vielle étoffe du monde ou presque (elle a 2500 ans), ce sont les chinois qui ont gardé pendant deux millénaires les secrets de sa fabrication avant que la précieuse matière ne soit connue des occidentaux grâce à la fameuse route de la soie.

La soie est d’origine animale, obtenue à partir de cocons de papillon préalablement bouillis afin d’assouplir les fils. Ces derniers sont ensuite lavés et tissés. Du travail effectué au moment de ces opérations vont dépendre les degrés de finesse, de douceur et de brillance de la soie.

Il existe plusieurs types de soie dont la soie naturelle et la soie sauvage : comment les distinguer ?

La soie naturelle possède toutes les qualités traditionnelles de la soie. Plus fine et brillante que la soie sauvage, elle est considérée comme de meilleure qualité. Dotée d’un grand pouvoir calorifique, elle absorbe l’eau. Résistante, elle froisse peu et se défroisse naturellement. Elle est non seulement idéale pour les doublures, mais aussi pour un ample choix de vêtements et d’accessoires.

Plus économique que la soie naturelle, la soie sauvage ou tussah provient d’un autre insecte que celui utilisé traditionnellement pour la confection de la soie naturelle. Elle est relativement méconnue. Soie à l’aspect mate et raide, elle est commercialisée sous forme de bourrette de soie . Son tissage est plus grossier, mais elle est aussi plus résistante. Cependant le nettoyage à sec est recommandé à l’heure de la laver. Elle se retrouve incorporée à de nombreux vêtements, ou à l’état brut, en écharpe, foulard, jupe etc.

etole en soie sauvage

Ce contenu a été publié dans écharpe en soie sauvage thaïlandaise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.